• * Supprimer la formation des enseignants c’est mettre en danger l’apprentissage de nos enfants

    2009 : le Ministère annonce la suppression des IUFM. Ces écoles, où les professeurs de primaire, collège et lycée apprennent leur métier, seront bientôt supprimées. Un peu comme si l’on supprimait l’année d’internat à un futur médecin. Ou bien qu’on obtenait le permis B sans s’entraîner à la conduite, avec seulement le Code de la Route. Ou bien qu’un garagiste qui n’a jamais vu de vrai moteur réparait votre voiture.

    Avant 2010 : après l’obtention d’un licence (Bac + 3), un étudiant se présentait à un concours (professeur des écoles, CAPES ou CAPET) et, en cas de réussite, effectuait une année (rémunérée) comme professeur stagiaire (à l’IUFM, avec quelques heures de classe) avant d’être considéré apte à enseigner. Il était alors titularisé et débutait sa carrière d’enseignant.
    A partir de 2010 : Tout en préparant un Master (Bac + 5), un étudiant peut effectuer quelques stages en école (non obligatoires). Puis il se présente au concours (professeur des écoles, CAPES ou CAPET) et, en cas de réussite, il commence directement en classe, en étant accompagné ponctuellement par un professeur expérimenté.

    Cette formation était déjà insuffisante, avec la réforme elle est quasiment supprimée. A qui allons-nous confier nos enfants ?

    Nous, parents d’élèves, refusons de confier nos enfants à des professeurs sans formation. Dans des classes où enfants et enseignants sont livrés à eux-mêmes, seuls les meilleurs réussiront. Cette réforme touche tous les enseignants, et tous les élèves des écoles primaires, collèges, lycées publics et privés.

    Apprendre est un métier !

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :